L'ostéoporose

Article que j'ai écrit pour Presse Santé en décembre 2018 (lien vers l'article).

L’ostéoporose est une diminution de la densité osseuse qui entraine une fragilisation des os. Un os est constitué d’une trame protéique qui se raréfie en cas d’ostéoporose et les minéraux ne peuvent plus s’y fixer.

Pour comprendre le mécanisme de l’ostéoporose, il faut savoir qu’un os est « vivant », en perpétuel remaniement : il est détruit en permanence par des cellules destructrices appelées ostéoclastes et est reconstruit en permanence par des cellules bâtisseuses appelées ostéoblastes. La baisse de densité osseuse va survenir lorsque les cellules « destructrices » deviennent trop nombreuses par rapport aux « bâtisseuses ».

Ainsi, contrairement aux idées reçues, la fragilisation de l’os n’est pas un simple manque de calcium mais est davantage due à un renouvellement de l’os qui se fait mal.  

La baisse de densité osseuse va être favorisée par :

-         La ménopause : Les œstrogènes freinent l’activité des ostéoclastes (destructeurs) et la progestérone active les ostéoblastes (constructeurs) : la ménopause va ainsi contribuer à accélérer la destruction de la trame osseuse

-         La sédentarité

-         Le vieillissement

-         L’acidose tissulaire (concentration anormale de composés acides dans l’organisme)

-         Des causes médicales : affections thyroïdiennes ou parathyroïdiennes, prise de corticoïdes sur une longue période, maladie de Cushing…

Pas de douleurs

L’ostéoporose est sans douleur.

Le médecin la diagnostique à l’aide d’une densitométrie osseuse.

La réponse de la naturopathie : alimentation et exercice physique

Une fois écartée toute forme de pathologie, une bonne hygiène vie va contribuer à garder des os solides à tout âge avec une alimentation adaptée, de l’exercice physique et si besoin des compléments alimentaires. Il sera également très bénéfique d’arrêter le tabac et diminuer fortement l’alcool. 

L’alimentation

L’alimentation devra à la fois apporter suffisamment de protéines pour construire la trame osseuse mais pas trop pour éviter l’acidose tissulaire qui va puiser le calcium dans les os.

L’organisme ne stockant pas les protéines, il sera préférable de fractionner la prise en les consommant au cours de deux voire trois repas. Pour favoriser l’assimilation, ces protéines pourront être associées à un peu de céréales ou des pommes de terre.

 On veillera ensuite à avoir un apport suffisant en vitamines, minéraux et oligoéléments, principalement le calcium, mais également la vitamine D, la vitamine C, le silicium… ainsi qu’une vitamine moins connue, la vitamine K2, produite naturellement par la flore intestinale en bonne santé, qui a un rôle important dans la fixation du calcium dans la trame osseuse. On en trouve beaucoup dans le natto, une pâte de soja fermentée, mais peu dans notre alimentation : dans certains fromages, la choucroute…

Tous ces éléments seront apportés par des légumes et fruits consommés quotidiennement, ainsi que par la pratique d’activités en plein air pour la vitamine D.

 Attention : une mastication insuffisante, une inflammation de l’intestin ou un manque d’acidité de l’estomac peuvent venir perturber l’assimilation de ces nutriments. 

Les compléments alimentaires et super-aliments

En fonction des besoins de chacun et de l’alimentation quotidienne, il pourra être intéressant d’intégrer à son régime certains « super-aliments » tels que l’ortie en poudre, des graines de Chia, des baies séchées, de la prêle, du lithothamne, de la spiruline, du gomasio (sésame broyé)…

Si besoin, une supplémentation pourra aussi être envisagée : en vitamine D, vitamine K2, Silicium… Pour cela, demandez conseil à un professionnel de santé. 

Un exemple de repas

- Petit déjeuner : 1 œuf ou du fromage de chèvre ou brebis, avec un peu de pain complet bio au levain

- Déjeuner : crudités avec une vinaigrette agrémentée d’un peu d’ortie en poudre, puis volaille, poisson ou protéines végétales avec des brocolis, un peu de riz demi-complet et un filet d’huile d’olive et saupoudré de gomasio ou d’algues séchées

- Diner : une soupe de potimarron au lait de coco avec quelques dés de tofu fumé

 Les fruits seront consommés plutôt hors des repas, tout comme les boissons (eau, thé vert..).

Si besoin d’un dessert : un pudding maison peu sucré à base de graines de chia, une compote de pomme non sucrée avec 1 càc de lithothamne, 1 carré de chocolat noir…

Le tout autant que possible de qualité biologique avec pas ou très peu de produits raffinés, industriels, sucrés…

L’Exercice Physique

L’exercice physique est extrêmement bénéfique pour la solidité des os car il active les ostéoblastes (bâtisseurs).

Tous les sports ne se valent pas pour la prévention de l’ostéoporose. Il convient de favoriser ceux avec une mise en charge pour qu’il y ait une résistance à l’effort : les sports ou exercices où on « porte son poids » ou en utilisant des lestes. Ainsi tous les exercices où on marche, on court ou on saute seront bénéfiques : la marche, le jogging, les escaliers, le trampoline, le step, la danse, les jeux de ballon…Et aussi les exercices de musculation avec des poids ou des élastiques.

Bien entendu, on pratiquera un sport en lien avec ses possibilités et sa santé.

Polémique : avec ou sans produits laitiers ?

Du point de vue de la naturopathie, le lait de vache est riche en calcium mais ce dernier est assez mal assimilé et peut avoir des effets négatifs sur la santé. Ainsi, les choux et autres légumes, les fruits secs, la purée de sésame, les amandes, les petits poissons avec arrêtes, les algues… seront préférés pour faire le plein de calcium.

Notre corps nous parle – la symbolique psychosomatique

L’ostéoporose peut venir parler d’un sentiment de dévalorisation qui s’est accumulé au fil du temps.

A retenir

Pratiquez une activité physique régulière (marche, jogging, exercices avec des poids…) si possible à l’extérieur et consommez suffisamment de protéines sans excès et beaucoup de légumes.

 

Les informations et conseils contenus dans cet article sont données à titre purement informatif et ne peuvent en aucun cas être considérées comme des conseils médicaux personnalisé. Ils ne peuvent également pas se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer votre état de santé et d’intervenir sur un symptôme.